Mener de front sport et étude Nancy, K4 est en route pour championnat de France Elite de savate boxe française

La savate boxe française est une discipline qui allie les techniques de percussion en pieds et en poings avec une codification très spécifique. Elle se divise en deux grandes formes, l’assaut et le combat.

L’assaut est une forme de rencontre à la « touche » où la puissance est exclue. Le combat, utilise les mêmes techniques mais où la puissance des coups et autorisée, pouvant aller jusqu’au hors combat (KO).

Il n’existe pas de niveau professionnel dans cette discipline, mais la catégorie Elite, correspond au Haut niveau.

Le championnat de France Elite combat aura lieu les 16 et 17 février 2019 à Marseille. Mais, la préparation a débuté dès l’été dernier.

La première étape était celle de la préparation physique générale afin de travailler essentiellement sur les filières d’endurance et de force. Cette phase est vulgairement appelée dans les salles de boxe, « le décrassage ».

Le premier semestre, très chargé en amplitude horaire de cours à l’école a donc été couplé de séances sur site, grâce à  Monsieur Anelli, sans qui l’entrainement n’aurait pas été possible.

Les pauses déjeuner s’égrenaient de temps dédiés au renforcement musculaire, au travail d’explosivité, au travail de vitesse et à la PMA (puissance maximum aérobie). Tous les exercices étaient orientés sur ma disciple pieds poings.

Le programme des entrainements avait été concocté par Flavien Albe, préparateur physique, entraîneur et ancien champion de boxe. Des collègues de l’école se joignaient parfois à moi pour réaliser ces séances d’entrainement, ce qui rendait forcément l’exercice plus convivial.

Après cette seconde étape de préparation et jusqu’à la première échéance compétitive, j’étais sur de la préparation spécifique compétition.

Les entraînements avaient lieux d’une part, sur piste d’athlétisme pour poursuivre le travail de vitesse.

D’autre part, les autres séances avaient lieu en salle de boxe. Soit à l’Appollo Sporting club avec les coachs et champions du monde, Flavien Albe et Amri Madani. Là, le travail s’organisait autour de différents domaines:

– Des leçons technico-tactiques aux pattes d’ours pour peaufiner les automatismes et les stratégies de combat.

– Des mises de gants avec des partenaires différents pour varier les types d’oppositions.

– Du travail de préparation mentale avec de l’imagerie.

Ainsi que des séances au Dampmart BF pour des entrainements tels que:

– Des leçons technico-tactique  sous forme de thèmes spécifiques

– Du travail de fractionné sur 9 ou 15 minutes, à raison de vingt secondes de travail et vingt secondes de repos (ou en 15/15) durant lesquelles on maintient le sac de frappe pendant que son partenaire d’entrainement travail à son tour Ces séances sont intenses et représentatives de la condition physique nécessaire pour le combat, on parle « d’avoir  la caisse ».

– Du sparing partner en situation se rapprochant de celles de la compétition. C’est à dire,  des rounds de trois fois deux minutes de travail avec une minute de repos, entre chaque reprises, ceci pour préparer le tournoi qualificatif lors duquel je boxerai quatre fois en deux jours.

En cas de qualification, pour les phases suivantes du championnat les combats suivants se dérouleront sur des reprises de cinq fois deux minutes de travail avec toujours une minute de repos entre les reprises.

La préparation sera différente, la stratégie prendra d’avantage le pas sur la vitesse. Le travail de puissance et de sape pourra plus porter ses fruits avec l’allongement du nombre de rounds.

A suivre…