Congrès Sport et Périnée

Anne-Claire a participé, dans le cadre de son mémoire, à un congrès, elle nous présente son retour.

Définition, enjeux et phases de réalisation du projet

En quoi la participation à ce congrès est-elle innovante dans le domaine de la rééducation ?

Aujourd’hui, très peu d’étudiants en kinésithérapie ont la possibilité matérielle et financière de se rendre à des congrès en kinésithérapie. Il faut en effet organiser le transport jusqu’au lieu de congrès (ce qui dans le cas du congrès Sport et Périnée de l’institut de Gasquet®, pouvait être difficile pour des étudiants hors de la région parisienne), prévoir le temps de ce congrès (qui a lieu sur une période normalement dédiée à l’enseignement de formation initiale), et enfin regrouper les moyens financiers

Je pense cependant qu’il est important de se former hors des murs de l’école, pour pouvoir être confrontés au point de vue d’autres professionnels de santé, et approfondir notre formation initiale sur des domaines qui y sont parfois difficilement abordables.

Quelles ont été les différentes phases du projet, son cout et l’efficacité des démarches entreprises pour la réalisation de ce projet ?

C’est au sein même de l’école que j’ai entendu parler du congrès pour la première fois. Je me suis ensuite renseignée en me rendant directement sur le site de l’institut de Gasquet®, et en ai également parlé à ma directrice de mémoire. J’ai ainsi pu recueillir son avis quant à la qualité des congrès proposés par cet institut, des informations qui y sont dispensées et, bien sûr, de l’intérêt que j’aurais à y assister. Il m’a ensuite fallu contacter la responsable des congrès et formations de l’institut, afin d’obtenir un tarif réduit de par mon statut d’étudiante, et enfin en référer à M. le directeur général de l’organisme gestionnaire de mon institut de formation initiale. J’ai ainsi été inscrite sur la liste des participants au congrès, sur laquelle j’ai du émarger

pour les 4 demi-journées de présence requises.

Il m’a bien sur fallu prendre soin de prévenir Mme la responsable du secrétariat de l’école, afin de les informer de l’avancement du projet, et de la nécessaire absence à  certains cours de formation initiale.

Pratique : concrétisation d’un projet innovant

Je me suis donc rendue au congrès Sport et Périnée organisé par l’institut de Gasquet® en partenariat avec l’INSEP et la Fédération Française de Gym, organisé le 27 et 28 Septembre 2018 au 92bis Boulevard Montparnasse, 75014 Paris (soit à quelques pas de l’institut de Gasquet lui-même). La première journée a commencé à 9h et s’est terminée à 18h45, une intervention non prévue ayant été ajoutée au programme. La

seconde journée a, de même, commencé à 9h, et s’est terminée à 17h30 (à nouveau, une intervention non prévue ayant été ajoutée). J’ai été accueillie au congrès de la même façon que les masseurs-kinésithérapeutes, sages-femmes et éducateurs sportifs que j’ai pu rencontrer sur ces deux jours. La formation était également ouverte aux médecins, mais je n’ai pas eu l’occasion d’en rencontrer.

J’ai pu suivre la totalité du congrès, et ai également pris part aux atelier pratiques que j’avais choisis lors de mon inscription : « gainage » et « périnée et préparation physique » (les autres ateliers étant « boules de Geisha », « danse orientale » et « Qui Gong »).

Certaines interventions m’ont plus apporté que d’autres. Ainsi, parmi les thèmes abordés, ceux ayant le plus retenu mon attention sont :

– Identité posturale et renforcement musculaire

– Le périnée pour la prévention des blessures

– Le périnée pour la performance sportive (thème que j’aurais aimé être plus développé)

– L’atelier « gainage »

Ces thèmes étant abordés par des responsables de la préparation physique des athlètes de haut niveau, la façon de les aborder était bien souvent différente de l’approche que l’on en a normalement. Ainsi, les muscles pelviens n’étaient plus simplement au coeur d’un problème de santé, mais un véritable enjeu de performance des athlètes, en préparation pour les Jeux Olympiques de 2020, voire 2024. Il devenait, de plus, tout à fait  inenvisageable de proposer à ces athlètes de ralentir leur activité le temps d’une rééducation.

J’ai cependant été interpellée plus d’une fois sur le manque de références littéraires, et une interprétation des rares articles utilisés ne tenant pas compte de leur qualité  éthodologique. Ayant moi-même étudié la totalité des articles présentés à ce congrès, je me suis trouvée en désaccord relatif avec certaines conclusions, faites sur la base d’articles de faible qualité, et de ce fait souvent très difficilement interprétables.

Certaines interventions, programmées en fin de première journée, semblaient plus destinées à promouvoir les formations dispensées par l’institut de Gasquet® qu’à réellement apporter des informations objectives au participants.

Approfondissement ou enrichissement de sa formation

Tout d’abord, au-delà de l’enseignement théorique, ce congrès m’a beaucoup apporté sur le plan personnel. Il m’a permis de rencontrer et d’échanger avec différents professionnels de santé ou du sport, de connaitre différents points de vue et de me rendre compte de l’hétérogénéité des connaissances et des pratiques de chacun.

Sur le plan théorique, j’ai pu mieux comprendre la méthode de Gasquet®, approfondir mes

connaissances et voir les muscles du plancher pelvien sous un nouveau jour : comme un outil pour la performance et en prévention des blessures (1er jour : le périnée au secours du sport) et non plus comme une victime des pratiques physiques actuelles (2e jour : le périnée victime du sport).

Enfin, sur le plan pratique, j’ai pu constater avec l’aide des masseurs-kinésithérapeutes-ostéopathes qui nous encadraient que ma propre pratique physique était loin d’être aussi exemplaire que je l’espérais. Je connais maintenant mieux mes propres erreurs, et je serai mieux capable d’orienter mes futurs patients et patientes quand à leurs éventuelles erreurs (que je n’aurais sans doute pas remarquées sinon, les reproduisant moi-même).

Ainsi, ce congrès m’a beaucoup apporté pour ma pratique future, mais m’a également donné envie de participer à d’autres interventions de ce genre, que ce soit en temps que participante ou bien pour intervenir moi-même.